Un pour mille

Oui mais trois fois rien, c'est déjà quelque chose R.Devos

08 juillet 2010

La recette du bonheur

ima1

Vaste programme n’est-ce pas, chacun vous livrant volontiers la sienne propre.

En fait contrairement à ce que pourrait laisser entendre le titre, je ne prétends pas connaitre une telle recette, en revanche je suis imbattable sur une partie des ingrédients nécessaires, cadeau… Vous passerez à la caisse plus tard :

1. La parole amène ou aimable. Elle est paraît-il telle un arbre puissamment enraciné, s’élevant droit vers le ciel, se multipliant et se sur- multipliant en branches et en feuillage puis donnant inlassablement fruit après fruit…

Iriez-vous jusqu'à nier avoir un jour dit une gentillesse sincère à quelqu’un et en avoir perçu les fruits des années plus tard ? Alors plantez chers amis, plantez.

2. Fuir comme la peste, la parole agressive, méchante ou rabaissant les autres car si elle peut sous la colère vous donner un soulagement aussi bref que trompeur, elle plantera plus durablement un arbre détestable et qui n’arrêtera pas de se démultiplier en conséquences futures que vous aurez toutes à subir

Iriez-vous jusqu'à nier avoir une fois dit une parole tordue et en avoir payé les conséquences  des années plus tard alors que vous l'aviez complètement oubliée et que la dite vacherie ait fait un long chemin, parfois circulé de bouche à oreille, blessé d'autres cœurs, fait de nouvelles victimes ?

3. Ne jamais s’en prendre à des innocents.

Il y a des règles ici bas, le tort que vous faites aux autres vous sera fait, le moindre stress que vous infligerez aux autres vous le ressentirez et vous ne pouvez pas espérer rire si vous déployez votre énergie à faire pleurer, vous pouvez enfin faire une croix sur le sentiment de paix si vous vous en prenez à des innocents.

4.  Donner, mais alors ce que vous pourrez, aux pauvres bien sûr mais aussi aux vôtres et à vos connaissances, voisins, collègues, concitoyens, anonymes :

Quoi donner ? Parfois un renoncement à un égoïsme, sinon la priorité en conduisant, un sourire, un merci, une attention, un effort d’écoute, un simple bonjour.

Donnez et vous vous sentirez très vite moins lourd. A une seule condition cependant, c’est de donner sans vraiment rien attendre en retour et encore moins de la … reconnaissance.

 

5. Dire la vérité, d’abord parce que vous êtes fatalement incompétent comme menteur « nul n’a une assez bonne mémoire pour faire un « bon » menteur », ensuite parce que vous n’avez aucune envie de vous faire prendre en flagrant délit de mensonge, enfin parce que ceux qui disent la vérité gagnent immanquablement l’estime, la confiance et les cœurs lorsque les menteurs ne récoltent que défiance et surtout mépris …

 

6. Prendre du recul et observer, il est parfois des "fins du monde" qui n’en sont pas, des peines qui s’avèrent finalement être un prélude obligatoire à la joie. Et il est parfois des plaisirs qui se paient chers, des insouciances qui finissent par assombrir complètement l’horizon.

 

7. Connaître ses limites de compétence. Savoir que juger ne vous appartient pas par exemple, ni disposer de la vie et de la mort, ni guérir, ni protéger, ni pourvoir aux besoins des oiseaux pas plus qu'à ceux des dauphins... Savoir en même temps que vous n’êtes pas tenu de réussir ce que vous entreprenez, mais qu'à contrario vous êtes bel et bien tenu de faire de votre mieux.

 

8. Faire preuve de patience, de beaucoup de patience.

 

 

 

 

D'accord d'accord ne vous emportez-pas comme ça, je vous accorde que ça en fait des efforts, que les autres ne le méritent pas forcément, allez je vous accorde même que rien ne vous y oblige et que la vie ne vous a pas fait de cadeaux et que ceci et même que cela, alors voilà ce que je vous propose:

 

 

 

9. Soyez "légitimement égoïste", oubliez les autres jusqu'aux voisins de palier, jusqu'à la collègue de bureau et ne vous occupez plus ex-clusi-ve-ment que des vôtres. ça remonte à quand la dernière fois que vous avez été voir votre mère et que vous avez tout fait pour apporter un peu de joie à son cœur?  ça remonte à quand la dernière fois que vous aviez envie d'envoyer paître votre père et qu'en lieu et place de cela vous lui avez souri et avez fait en sorte de le valoriser? ça remonte à quand la dernière fois que vous avez exprimé à votre moitié toute votre tendresse alors que vous aviez une envie pressante de lui dire "M..." et surtout "ta gu..."? Avez-vous remarqué que votre cousin arrive à peine à joindre les deux bouts lui qui est trop fier pour demander de l'aide? Savez-vous que votre tante a pleuré en silence hier, convaincue que personne sur terre ne se souciait encore de savoir si elle était en vie ou enterrée ?

 

 

 

      Pardon, vous dites ? Vous faites déjà ça et mille fois mieux encore et qu'est-ce que je crois et que vous ne m'avez pas attendu pour...  Ben écoutez, désolé d'avoir douté et simplement bravo ... Pour tous les autres, ce sera 10 $ et revenez demain pour la recette du thon basquaise.

 

Posté par ecpc à 17:38 - Bisounoursland - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

    je découvre avec grand bonheur ce blog.merci à vous. BIEN PARLER N EST RIEN A COTE DE BIEN AGIR..dit on.
    Agissons en comblant notre ignorance, et en comblant les failles. de nos inconsciences.
    Chaque jour je constate la perte des valeurs humaines dans un monde où règne l ombre . . Peu importe..dans mon coeur chaque jour, en conscience, je m applique, et cela n est pas aisé, à y faire régner Paix et Lumiére.

    Posté par coccinelle, 13 mars 2013 à 21:36

Poster un commentaire